Capacité du soi

L’expérience de traumas interpersonnels à l’enfance peut interrompre le développement normal et altérer l’acquisition usuelle des capacités du soi, qui en retour perturbent la santé psychologique et relationnelle. Les capacités du soi se regroupent selon une typologie tripartite : développement identitaire, relations interpersonnelles et régulation émotionnelle.

Construction identitaire : l’expérience de traumas interpersonnels détourne l’attention de la victime sur ses états internes, l’exploration curieuse du monde et la construction d’un monde interne riche, pour la concentrer vers l’évaluation des dangers dans son environnement. Les survivants sont susceptibles de développer un sentiment de vide intérieur, les laissant vulnérables aux normes externes et aux jugements d’autrui.

Relations interpersonnelles : les traumas interpersonnels peuvent occasionner des attentes et des perceptions négatives chroniques sur la possibilité de se sentir en sécurité en relation avec un autre être humain, surtout au sein d’une relation intime. L’individu peut, par exemple, sembler réagir de façon démesurée dans sa relation conjugale alors que ses réactions découlent de son vécu traumatique.

Régulation émotionnelle : les traumas exposent la victime à des événements qui suscitent une détresse trop élevée pour pouvoir être gérée par ses ressources de régulation. Une exposition prolongée peut aussi empêcher le développement de ces capacités. Or, des ressources internes pauvres ou endommagées des survivants augmentent en retour le risque d’être submergés par leurs affects (i.e., faible tolérance à la détresse) et d’adopter des stratégies d’évitement inadaptées pour gérer ses émotions.

Pour en savoir plus:

Bigras, N., Godbout, N., Hébert, M., Runtz, M., & Daspe, M.-È. (2015). Capsule de recherche #13 : L’identité et les relations interpersonnelles en tant que médiateurs de la relation entre la violence psychologique vécue à l’enfance et l’ajustement conjugal chez des femmes adultes. Équipe de recherche FRQ-SC – Violence sexuelle et santé (ÉVISSA), UQAM, Montréal, QC

Bigras, N., Godbout, N., & Briere, J. (2015). Child sexual abuse, sexual anxiety, and sexual satisfaction: The role of self-capacitiesJournal of Child Sexual Abuse: Research, Treatment, & Program Innovations for Victims, Survivors, & Offenders, 24(5), 464-483. doi: 10.1080/10538712.2015.104218

Bigras, N., Godbout, N., Hébert, M., Runtz, M., & Daspe, M.-È. (2015- Epub ahead of print). Identity and Relatedness as Mediators between Child Emotional Abuse and Adult Dyadic Adjustment in Women. Child Abuse & Neglect

Briere, J., Hodges, M., & Godbout, N. (2010). Traumatic stress, affect dysregulation, and dysfunctional avoidance: A structural equation model. Journal of traumatic Stress, 23, 767-774.