Chéri·e, parlons de l’éléphant dans la chambre à coucher :